Lecture

Hello, adieu et nous au milieu – Jennifer E Smith

Hello !

Pour cette revue lecture, je vais vous parler de « Hello, adieu, et nous au milieu », d’une auteur que j’aime beaucoup : Jennifer E Smith. J’avais déjà lu « La probabilité statistique de l’amour au premier regard » et « L’équation de l’amour et du hasard », que j’avais bien aimés.

img_3110

« Hello, adieu et nous au milieux », Jennifer E Smith. Editions : Hachette Jeunesse. Date de parution : Octobre 2015.

Synopsis :

DANS DOUZE HEURES, Clare partira pour une prestigieuse université de la côte Est des États-Unis, tandis que son petit ami, Aidan, ira étudier en Californie, à cinq mille kilomètres de là.

Pour CLARE, les choses sont évidentes : elle et Aidan doivent rompre ce soir. Ils sont trop jeunes pour se promettre de s’aimer pour toujours, et les relations à distance sont trop douloureuses.

AIDAN, lui, est persuadé du contraire et ne peut se résoudre à quitter Clare.

Au cours de leurs dernières heures ensemble, ils vont passer en revue leur histoire d’amour, se rappeler leurs souvenirs communs.

ET RETOURNER LA QUESTION DANS TOUT LES SENS : SE DIRE AU REVOIR OU ADIEU ?

Pour info :

J’ai découvert ce livre en regardant la bibliographie de Jennifer E Smith. Je m’y suis mise la troisième semaine d’Août 2016, puis je l’ai un peu laisser tombé. Jusqu’à ce que je le reprenne en octobre, quand bossais, parce que j’avais le temps de lire. Et je l’ai enfin fini le 19 Octobre 2016.

Ce que j’ai aimé :

  • Il fait réfléchir sur notre vie, sur notre couple.

  • Le fait qu’il y ait un souvenir pour chaque endroit de « la liste », comme Rouillé. ❤

  • Les dialogues : ils sont assez poignants, pour la plupart, notamment ceux où Clare et Aidan exposent leurs arguments sur le faits de rester ensemble ou non.

  • L’épilogue le plus chou du monde ! *-*

Ce que je n’ai pas aimé :

  • J’ai eu du mal à m’y mettre.

  • J’ai eu du mal à m’accrocher à Clare. Des fois, j’avais envie de lui dire « Mais arrête d’être pessimiste comme ça ! », malgré le fait qu’elle soit quand même plutôt réaliste.

  • La fin, un peu trop prévisible.